ARTENSION

N° 9  Janvier Février 2003

Place des femmes en art et critique féministe

Un précédent historique :

 

  

   

LE MOUVEMENT DES FEMMES

EN  ART

Par  FABIENNE DUMONT

 

Femmes et art : où en est la situation ? Pour mieux appréhender la situation actuelle, il faut remonter à trente ans en arrière . Dans les années 1970, 5 à 20% de femmes obtenaient le droit à exposer leurs œuvres sur les cimaises des salons, galeries et musées. Aujourd’hui la situation semble avoir évolué…

Des plasticiennes ont lutté dans les années 70 pour que la situation change. Il est intéressant de remonter à cette source historique sans précédent restée quasiment inconnue du public : le mouvement des femmes en art. Il fut parallèle, mais non conforme quant à son contenu artistique, à ce qui se passait et se disait dans le mouvement social des femmes, le MLF, actif de 1970 à 1981 environ. Les artistes ont effectué dans ce s groupes un travail de reconnaissance, d’expression de leur vécu et de lutte contre les stéréotypes de la société qui a dégagé le terrain et profité aux générations d’artistes suivantes.

 

(…)En 1977, avant l’exposition des Singuliers de l’art à l’Arc, s’est formé Singulières /Plurielles, animé par Ody Saban. Elles avaient exposé au Salon de la Jeune Peinture et mettaient en valeur le travail d’autodidactes. La fusion à d’autres artistes liées à Nicole Millet ( 7 ) verra la naissance du groupe Art et Regard des Femmes. L’originalité de ce groupe réside dans la mise en place d’un lieu d’exposition permanent à un regard différent et féminin, organisés aussi bien par des scientifiques que des artistes, en une recherche globale sur la vie et l’art. Judith Wolf, qui réalisait de grands collages abstraits, et Ody Saban ont exposé lors de la première exposition dans ce local. Une performance de cette dernière, la lecture de textes écrits à cette occasion par la poète Annie Vasseur ; la musicienne Neige et d’autres intervenantes accompagnèrent pendant une semaine l’exposition. Ody Saban montra là deux longs rouleaux ( 8 ) emplis d’aquarelles en un continuum coloré explosif mêlant écriture et dessins. Ils évoquaient dans un désordre fourmillant de scènes la société » et la vie intime, traités avec humour et révolte, faisant une grande place aux corps et aux vécus de femmes et montrant les prémices d’un érotisme imbriquant les corps des amant/e-s les un/e-s aux autres (…)

7) Qui en sera ensuite exclue.8) Montés sur un système de poulies en bois, le public pouvait les dérouler et réenrouler à sa guise.