Les Amoureux

L’instant où les poils se dressent parce que les langues se touchent , ou les iris, métamorphosées en mappemondes, donnent aux pupilles des allures de cratères, changent les paupières en ailes et la crainte en lumière, où les corps démasqués, enfin, s'imbriquent : voila ce que dessine Ody Saban. Les lignes que sa plume trace tiennent davantage du fluide que de la matière Ody Saban radiographie des émotions, transmet des ondes et des échos universels. " La tension d'amour entre les êtres vivants ", voila ce qui l'interesse. Voila ce qu'elle peint depuis cinq ans surtout, en jaune sable, rouge à lèvres, bleu de porcelaine, celui, dit-elle, "du ciel lorsqu'il est englouti par la mer." Cœurs de fleurs ou cornes de taureau, mille symboles universels de la fécondité grouillent entre les cernes des formes essentielles, définies par ces circonvolutions, en habitent les moindres vides, en interdisent les plus infimes silences, afin que l'hymne à la jouissance ainsi incarné soit total.

Dans le reste de l’image, aux alentours de ces baisers fertiles, il n'est question que de souvenirs une enseigne lumineuse aperçue à New York; une pyramide visitée au Caire, un pont franchi à Beaugency et, aussi, beaucoup, de culture Ody Saban n’ignore rien des figures médiévales du diable, ni des variations de l'estampe japonaise, ni du métier de céramiste à la cour du palais de Topkapi, ni des cultes préhistoriques de la féminité. "Il n'y a pas d'amour, fou sans fusion ", affirme celle qui peint des ventres aussi dorés que le soleil, lorsqu'il se couche et se reflète entre les rives du Bosphore, au bord duquel elle a vu le jour. "Historiquement, l'amour est oriental ", explique Oby Saban, tout en ajoutant, en haut à droite d'une nouvelle image , un poisson exotique, puis, en bas a gauche, un oiseau de paradis, avec un soin de tatoueur " Si je n'étais plus amoureuse, serais-je encore une artiste ? ". se demande-t-elle enfin, avant de s'endormir, et de rêver ses prochains chefs-d’œuvre.

Françoise Monnin

*propos de l’artiste recueillis à Paris en février l999