Squatt Art   Home

TABLES ART CLOCHE

La provocation est-elle une nécessité ou une esthétique?

Je ne suis pas particulièrement provocatrice bien qu'il m'arrive
parfois d'être violente. J'ai ressenti qu'il fallait que je laisse
apparaître la violence dans mon oeuvre, à l'époque du squat que
j'avais ouvert rue d'Oran. Je souhaitais que les femmes
viennent, non seulement pour accrocher leurs oeuvres pendant
les festivals, mais surtout qu'elles puissent travailler sur place.
J'ai construit des tables avec de grands miroirs cassés. Lorsque
des squatteurs mysogines mençaient de me casser la figure,
j'allais derrière ces tables autour desquelles pointaient vers
l'extérieur des clous et des lames de verre. J'ai appelé ces
tables "Les tables de la guerrière ". C'était à la fois pour me
protéger, dénoncer la violence, et inviter au calme. C'est dans
ce contexte que le personnage de Lilith est devenu une figure
majeure de ma mythologie personnelle.

Extrait du livre "Ody Saban" par Laurent Brunet
Edition Lisières 17, 2002, (1300 exemlaires
)