Le monde libertaire 24 au 30 mai 1990
N° 786


Découverte d'Ody Saban

L'ART fait partie intégrante de la vie, nécessité absolue Bien sûr chacun le vit individuellement, car des actions du quotidien peuvent être considérées comme des actes artistiques. Avant les performers Proudhon décrivait lors de sa captivité à Sainte Pélagie le chant des prisonniers regagnant leurs cellules comme un " art en situation ". L'histoire nous a appris que les créations pouvaient descendre des cimaises. Si notre patrimoine artistique s'enrichit chaque jour, grâce aux " nomades de l'art ", ces artistes qui se donnent à l'art, le terme de nomade convient parfaitement à Ody Saban. Cette femme née à Istanbul, ayant suivit des études artistiques en Israël et vivant en France, a mené un parcours identique dans l'art. Les voyages, c'est bien connu, enrichissent la pensée. Que peut-il arriver à quelqu'un qui en plus d'un cursus d'études artistiques classiques (université, beaux-arts), s'enrichit d'une formation chez Lecoq, et de plus travaille en groupe. C'est en artiste pluridisciplinaire que Ody Saban découvre Art cloche (1) elle l'a conquise avec la fougue d'une guerrière. Elle s'impose très vite autant dans l'univers plastique, que dans les performances du groupe. Après l'expulsion d'Art cloche du squatt de la rue d'Oran, l'aventure picturale et poétique continue, avec une liberté acquise au cours de ces années de nomadisme, l'artiste nous montre aujourd'hui (2) des productions loin des compromis esthétiques de l'art officiel. Il y a dans chaque œuvre des références orientales, celles-ci sont exécutées avec une liberté acquise en Occident. Ses œuvres racontent toute une histoire, où évoquent un conte, très imprégnées de symboles de la société turque, ainsi la tulipe symbole d'Istanbul sert souvent de prétexte ou de base à une œuvre. D'autres images viennent des décors des mosquées, celles-ci sont alors détournées.
Cette peinture figurative sans se vouloir narrative, raconte des histoires, celle de la société de consommation, des mythes, de la vie quotidienne ; mais il faut les décrypter. Si l'on ne bénéficie pas de l'aide de l'artiste pour nous aider, l'approche que l'on peut avoir peut se suffire.
Tous les personnages qui s'entremêlent, occupent toute la toile et nous invitent au dialogue. Cette figuration née du hasard car l'artiste ne fait jamais d'esquisse.
André Robert

(1) Art cloche, voir Le Monde libertaire n° 714 de juin 1988
(2) Exposition de Ody Saban du 30 mai au 25 juin, à Procréart, 35, rue Léon, 75018 Paris (M° Château-Rouge)